lundi 12 mars 2018

Les chiens des Cairngorms de Guillaume AUDRU







Guillaume AUDRU

Les chiens des Cairngorms














4ème de couverture : 
« Je m'adosse à l'angle du chalet, un peu à l'abri du vent, le cul sur le sol dur et froid. Quatre lampées de Nikka pour réchauffer mon corps et ma conscience. Deux autres pour tenter de raisonner. Une dernière pour chasser la lassitude qui me gagne. Pour un peu, j'en voudrais à la terre entière. À mes parents, incapables de m'éduquer. À mon frère et ma sur, tellement effacés par rapport à ma personnalité. Au père Linley, dont les sermons n'ont fait qu'accentuer la colère qui sommeille en moi. Cette forêt, cette montagne n'ont plus rien à m'offrir. J'ai envie de quitter cet endroit. De m'installer dans un lieu un peu plus civilisé. De retrouver mes anciens camarades. Mais je sais que je suis seul. Duncan et Alisdair sont au trou et pour un certain temps. C'est en les dénonçant aux flics que j'ai assuré ma fuite au coeur des Cairngorms. »






Il s'agit de ma deuxième lecture concernant Guillaume Audru, il faudrait que je lise le premier, toujours à la bourre ces blogueurs.

Roy et Liam sortent de prison et devraient se présenter au poste de police tous les jours à 18h.
Le fils de Liam les conduit immédiatement à Cairngorms, c'est à dire bien trop loin pour respecter les règles.
Ça sent l'embrouille à plein nez...

Je me suis demandée avec curiosité, quelles étaient les intentions des compères franchement libres.
On peut dire que c'est cru et parfaitement à la hauteur de la finesse des personnages.
L'écriture est adaptée, c'est vraiment bien réalisé.

Sacré milieu de dégénérés, ce petit monde a été trié sur le volet et le casting est réussi.
Les enfants sont aussi cinglés que les parents, violences, abus sexuels, domination, alcoolisme, magouilles en tous genres et la liste est encore longue.
D'ailleurs, le sujet tourne autour de combats de chiens, business ô combien révoltant et cruel.
Ayant été accompagnée par un molosse, un amour de dogue argentin pendant 11 ans, je ne tolère pas qu'on puisse les maltraiter de cette façon voire les tuer.

L'histoire est prenante, l'adrénaline a fait battre mon petit cœur face au danger et aux scènes d'actions angoissantes.
Si Guillaume Audru a su conquérir la lectrice insatiable que je suis avec son précédent roman, ce dernier remporte également la mise.
Il laisse une très jolie impression de roman noir bien barré.






Guillaume Audru est salarié d'un centre d'appels dans la vie et auteur de polars à ses heures.
Il travaille pour un grand groupe privé et est aussi le vice-président de l'association poitevine "L'Instant Polar".
"L'île des hommes déchus" (2013), son premier roman, salué par la critique, a été récompensé par le prix Balai découverte 2014. 
“ Les ombres innocentes ”, un thriller social, a été publié en 2015.




2 commentaires:

  1. Excellent polar venant de recevoir le Prix spécial Dora-Suarez...

    RépondreSupprimer
  2. C'est mérité, on est d'accord Jean-Louis ;)

    RépondreSupprimer