vendredi 15 décembre 2017

Le renne des neiges de Anbleizdu et Stéphanie ALASTRA





Anbleizdu
et
Stéphanie ALASTRA

Le renne des neiges










4ème de couverture :
Généreux, ambitieux et imaginatif, Père Noël a vingt ans. Son rêve ? Une fabrique de jouets. Avant de le réaliser, il va lui falloir construire un traîneau et recruter des rennes. Jean-Louis, le renne des neiges, est justement le candidat idéal ! Il peut tracer des routes glacées dans le ciel. Mais notre animal magique est prisonnier de son cousin Rudolf, un accro au sirop d'érable. Il va falloir le libérer...





Louisa, 7 ans et demi :
Les illustrations sont belles, surtout la loutre arc en ciel, il y a une fille qui ressemble à Cristina💅 dans "Les reines du shopping".

Le père noël c'est mon personnage préféré, j'adore ses "Converse".
Il n'a que vingt ans, je le préfère à vingt ans qu'à soixante ans.
Il cherche quelque chose de magique pour voler avec son traîneau.
Moi j'aimerais avoir le pouvoir de faire un circuit magique en arc en ciel et l'été on ferait des toboggans géants dans la maison et aussi dans les parcs avec un dôme au dessus pour du premier âge au troisième âge.

Ça c'est pas une histoire qu'on connait même si c'est avec le père noël mais qui est jeune.
A la fin y a une chanson et mes parents ont chanté comme des fous, ça m'a fait trop rigoler, papa il chante mal.
Il est trop trop bien ce livre !!!! 💝 





Anbleizdu, de son vrai nom Yoann Rouxel, est auteur et illustrateur.
Il est diplômé d'une école de graphisme publicitaire à Angers (1996-1999).
Après douze années de travail dans la publicité en tant qu’infographiste, c’est en 2012 qu'il s’est lancé dans l’illustration pour la jeunesse.
En 2014 il se lance dans l'écriture.

son site : http://anbleizdu.daportfolio.com/ 







Stéphanie Alastra : 
Née en 1974, diplômée d'un bac F12 ( si, si  ça existe!!!) et d'un BTS en stylisme de mode.
Je travaille en tant qu'illustratrice Free Lance pour des bureaux de tendances.
Un beau jours, une rencontre et hop une nouvelle aventure parallèle commença sous la forme d'une charmante poulette.
C'est ainsi que je fis mes premiers pas dans le monde merveilleux de l'illustration jeunesse.

Si mon univers vous inspire, n'hésitez pas à me contacter....
Bonne visite à tous.





jeudi 14 décembre 2017

Un pantin sur la route d'Olivier Michael KIM







Olivier Michael KIM

Un pantin sur la route











4ème de couverture :
Paul Wang et sa famille s’arrêtent sur une aire d’autoroute. Lors de cette halte, la femme de Paul disparaît. Sa voiture a été échangée avec une autre. Dans le coffre de ce mystérieux véhicule, Paul trouve une demi-tonne de cocaïne. Victime d'une infernale machination, il découvre les facettes cachées de sa personnalité au fil de son périple.




J'ai lu un premier livre de l'auteur il y a plusieurs années, l'évolution est foudroyante, ce dernier est plus assuré, ça semble normal me direz-vous.

Paul Wang et sa famille font une halte sur la route des vacances.
Après avoir cherché sa femme sur l'aire d'autoroute, à l'aide de leur petit garçon, Paul doit se rendre à l'évidence, sa femme a disparu.
Vient le signalement à la police, puis une succession d'éléments troublants.

Quelle action on se croirait dans un film, le personnage principal est aussi étonnant que détonnant, il est au top.
L'aventure est agréable à suivre et elle est pleine de rebondissements, le lecteur tombe de haut à chaque fois qu'il se passe quelque chose.
Je vois là une belle imagination de la part du "fautif".

La part psychologique de ce roman est importante, il y a finalement peu de sang.
En intégrant le milieu de la drogue, on se rend compte à quel point il est moche, sale et puant.
Les liens familiaux sont forts, le petit Tao, le fils de Paul et Françoise est touchant, il a su me crever le cœur...





Paul Wang et sa famille s’arrêtent sur une aire d’autoroute.
Lors de cette halte, la femme de Paul disparaît. Sa voiture a été échangée avec une autre.
Dans le coffre de ce mystérieux véhicule, Paul trouve une demi-tonne de cocaïne.



Le Noël des blogueurs 2017 - jour 15

  



Cher Père Noel,


Cette année, les 8 blogueurs que nous sommes ont décidé de te remplacer. Tu comprends, nous connaissons beaucoup de lecteurs qui ont suivis, lu, commenté nos divers blogs et qui méritent de recevoir un cadeau.
Donc tous les jours, l’un d’entre nous va déposer un article « cadeau » que l’un de nos lecteurs pourra, avec de la chance, gagner.
Comment doivent-ils faire ?? Rien de plus simple Père Noel ! Il faudra trouver le livre et son auteur ou le lot en jeu ce jour-là !
Nous demandons également à nos lecteurs d’avoir l’esprit de noël en partageant au maximum nos articles afin que tout le monde puisse jouer et tenter de gagner.
Bien entendu, n’ayant pas de dons particuliers (et je le déplore), chaque jour il faudra déposer un mail à l’adresse suivante noeldesblogueurs@yahoo.com avec en titre concours de noël + jour (et le numéro du jour correspondant).
On laisse participer les joueurs jusqu’au 2 janvier. Donc pour résumer, ils peuvent soit participer chaque jour, soit participer en 1 fois en regroupant leurs 31 réponses… À Noel chacun fait comme il veut n’est-ce pas ??
Voilà Père Noel, je crois, que tu sais tout ! Ah si, bien entendu, tu peux jouer avec nous ;) Tu retrouveras tous les articles sur notre page C.L.U.B.



Signé
Les 8 blogueurs du C.L.U.B (Cercle Littéraire des Utopistes Blogueurs)



Aujourd’hui vous devez trouver le titre du livre en jeu.
Mes auteurs sont : Franck Thilliez- Delphine Clapiès - Claire Favan - Gaëlle Perrin-Guillet Lucienne Cluytens - Elena Piacentini - Karine Giebel - Sandra Martineau - Marilyn Bréand - Barbara Abel - Christelle Mercier - François Lefebvre - Laura Sadowski - Marie-sophie Villard Marie Vindy
Ma maison d’édition est représentée par un crocodile
Je suis un recueil créé pour la bonne cause
Je suis ??

lundi 11 décembre 2017

Le vacarme du papillon d'Eric CHAVET






Eric CHAVET

Le vacarme du papillon















4ème de couverture :
Washington, Maison-Blanche. Le Président Stafford a tranché. Il aura suffi de quelques mots de sa part pour lancer la machine sur laquelle viendront se briser des vies. D'ici, d'ailleurs. Jamais il n'avait éprouvé sa toute-puissance comme avant ce jour, jamais n'avait autant pesé sur lui le poids de sa suprématie. Maître du monde et des destins... Et si ce pouvoir n'était qu'une illusion suspendue au simple vol d'un papillon ?





La couverture est très belle, le titre est engageant, let's go.

Roberto est non seulement un truand, mais en plus un joueur de poker insatiable, incapable de s'arrêter.
Il vient à perdre alors que la mise était énorme, trouver l'argent et vite va devenir sa raison de vivre, on ne rigole dans pas le milieu.

Le roman est découpé en plusieurs parties et avance avec différents personnages, c'est bien fait, et de toute façon on les retrouve tous sur le bouquet final.

Chez les truands pour rester au sommet, il faut se faire respecter, le plus simple est de montrer aux débiteurs qu'on est un gros dur sans scrupules.
Il faut marquer le coup, faire un exemple qui circulera auprès de tous.
Autant vous dire que j'ai tremblé pour le bel italien.

De l'autre côté il y a les flics et être flic c'est loin d'être une sinécure, c'est dangereux.
D'ailleurs, l'auteur nous le fait bien ressentir et le duo formant une équipe est très appréciable.
Hélène et Julien on une complicité au bureau comme au lit et jusque dans les emmerdes.

Quelle excellente découverte, j'ai souffert, j'ai râlé, j'ai été émue, j'ai flippé aussi.
Tout ça sous le couvert d'une agréable sensation due à la fluidité de l'écriture et à son habileté.
Oui je valide, c'est un très bon bouquin.



Après avoir travaillé comme concepteur-rédacteur, puis commercial, Éric Chavet dirige aujourd'hui une petite entreprise familiale.

son site : https://www.eric-chavet-auteur.com/
page Facebook : https://www.facebook.com/ericchavetauteur/ 


vendredi 8 décembre 2017

Carlton Heston tome 3, Les chiffons du profit de Michaël MOSLONKA et Adeline KEMP




Michaël MOSLONKA
et
Adeline KEMP

Carlton Heston raton détective
Les chiffons du profit











4ème de couverture :
Alors que les lois sur le commerce du blé sont remises en cause, notre brillant Raton détective Carlton Heston prête main forte à la Police au sujet d’un vol de chiffons commis par des enfants.
Mais cette enquête, à-priori si simple, ne cacherait-elle pas quelque chose de plus grave ?
Public : pour les enfants de 7 à 9 ans.




Louisa 7 ans et demi :
Le tome 3 est génial, c'est pas bien de voler, les enfants fennec auraient dû donner quelque chose en échange, il faut demander gentiment avec les mots s'il te plait et merci.

C'est pas très rassurant ce quartier des usines, il est pauvre, triste et dangereux.
C'est dommage pour eux de ne pas avoir de sous, même pas un euro, comme le dit l'expression : ne pas avoir un sou dans sa poche.
Je ne sais pas ce que ça fait, je n'ai jamais été dans cette situation, c'est mes parents qui payent.
C'est cruel pour eux.
(Note du traducteur : comprendre c'est cruel pour les habitants du quartier pauvre, pas pour les parents, quoique...)

Je pense que c'est mal de faire travailler les enfants, en Angleterre ils les battaient et ça peut les faire mourir.
Maintenant les enfants ne travaillent plus, pas dans d'autres pays, mais pas en Angleterre.
C'est peut-être la reine qui a décidé ça.

Je l'aime beaucoup ce livre avec Carlton, autant que les autres, l'histoire était bien faite.
Mon premier animal préféré c'est le chat 😻 et le deuxième c'est le fennec.
J'ai beaucoup aimé la famille fennec.
Mon passage préféré...c'est toute l'histoire, j'ai adoré la fin parce que j'aime les missions et qu'on découvre le suspect.

Je lui donne A+, il me tarde que le prochain Carlton arrive ❤❤! Bravo pour le fennec.





Romancier, il écrit également des nouvelles, quelques poèmes et des articles de fond. Il est publié depuis 2004 dans des revues professionnelles et des fanzines français et québécois.
Il écrit et publie dans les genres suivants : fantastique, jeunesse, héroïc fantasy, sentimental et roman policier.
D’avril 2008 à mai 2010, il a intégré l’équipe rédactionnelle du fanzine québécois Nocturne, le fanzine culte pour assurer sa distribution en Europe.
De 2009 à 2011, il fait partie des membres du comité de lecture des éditions Les Six Brumes.
Depuis août 2010, il s’occupe du blog Riffle noir des éditions du Riffle.
Il anime également des ateliers d’écritures en milieu scolaire et milieu spécialisé. 
Il a signé quelques écrits sous le pseudonyme de R.A. Logan.
Son site d’auteur :
www.michael-moslonka.com 



Adeline Kemp, graphiste, illustratrice.



mercredi 6 décembre 2017

Le Noël des blogueurs 2017 - jour 7



Cher Père Noel,

Cette année, les 8 blogueurs que nous sommes ont décidé de te remplacer. Tu comprends, nous connaissons beaucoup de lecteurs qui ont suivis, lu, commenté nos divers blogs et qui méritent de recevoir un cadeau.
Donc tous les jours, l’un d’entre nous va déposer un article « cadeau » que l’un de nos lecteurs pourra, avec de la chance, gagner.
Comment doivent-ils faire ?? Rien de plus simple Père Noel ! Il faudra trouver le livre et son auteur ou le lot en jeu ce jour-là !
Nous demandons également à nos lecteurs d’avoir l’esprit de noël en partageant au maximum nos articles afin que tout le monde puisse jouer et tenter de gagner.
Bien entendu, n’ayant pas de dons particuliers (et je le déplore), chaque jour il faudra déposer un mail à l’adresse suivante noeldesblogueurs@yahoo.com avec en titre concours de noël + jour (et le numéro du jour correspondant).

On laisse participer les joueurs jusqu’au 2 janvier. Donc pour résumer, ils peuvent soit participer chaque jour, soit participer en 1 fois en regroupant leurs 31 réponses… À Noel chacun fait comme il veut n’est-ce pas ??
Voilà Père Noel, je crois, que tu sais tout ! Ah si, bien entendu, tu peux jouer avec nous ;) Tu retrouveras tous les articles sur notre page C.L.U.B.


Signé
Les 8 blogueurs du C.L.U.B (Cercle Littéraire des Utopistes Blogueurs)


Aujourd’hui vous devez trouver le titre du livre et son auteur qui est en jeu.
Lisez cet extrait :
« La cruauté du monde des enfants m'avait toujours rendu malade. Longtemps, j'avais imaginé que le cauchemar prendrait fin au sortir de l'adolescence, mais la réalité était tout autre. J'avais pris conscience en grandissant que les adultes n'étaient pas mieux lotis que leurs cadets. Ce qui nous blesse quand on a onze ans, ce ne sont pas seulement les coups, mais aussi le fait de ne pas savoir les encaisser. Ou les rendre. Et même si le temps nous endurcit, les claques font encore plus mal quand on arrive à l'âge adulte. Sans doute parce qu'elles sont plus violentes. »




Indice : Sachant que 1 = a, 2=b …..Trouverez-vous le nom de l’auteur ??




14.9.3.15.12.1.19 / 26.5.9.13.5.20





Revue Sang-Froid n°7







Revue Sang-Froid
n°7

Justice - investigation - polar 












Polar 
La nouvelle exclusive de Dominique Manotti.

Révélation 
Quand la France voulait vendre la bombe atomique à l'Argentine.

International 
Les milliards égarés de la CIA.

Dossier 
Peut-on éviter les erreurs judiciaires ?

Enquête 
L'incroyable arnaque du petit prince des télécoms.





Un magazine ? Mais c'est une très bonne idée de lecture, extra entre deux romans.
Ne connaissant pas Sang Froid, j'y ai vu une agréable surprise, celle de rester dans mon domaine de prédilection, le polar, mais avec une revue.

C'est une lecture très différente du roman, les différents articles étant relativement courts, il est agréable de passer de l'un à l'autre.
Vous trouverez des sujets d'actualité comme le djihadisme, des faits divers, des arnaques, des portraits de professionnel de la justice ou encore des nouvelles polar écrites par vos auteurs favoris.

J'avoue avoir eu en tête de juger la qualité (oui encore et toujours), nous sommes d'accord pour dire que la mise en page des articles, des photos, illustrations et leurs contenus ont toute leur importance.
J'ai vu une rigueur bluffante, il s'agit là d'un excellent magazine.

Un regard éclairé sur le système français relativement large, judiciaire, économique... mais aussi étranger. C'est aussi passionnant que judicieux.
Quant à la nouvelle de style polar que l'on trouve au milieu de la revue, c'est la cerise sur le gâteau, ça donne une vraie saveur au rendu final. 

Je souhaite vivement encourager cette publication intéressante et je vous encourage à vous abonner.
D'ailleurs, la sortie du prochain est imminente, alors allez-y.  



dimanche 3 décembre 2017

On la trouvait plutôt jolie de Michel BUSSI

 




Michel BUSSI

On la trouvait plutôt jolie





4ème de couverture : 
Du désert sahélien à la jungle urbaine marseillaise, en quatre jours et trois nuits...
Un suspense renversant et bouleversant.
« – Qu'est-ce qui ne va pas, Leyli ? Vous êtes jolie. Vous avez trois jolis enfants. Bamby, Alpha, Tidiane. Vous vous en êtes bien sortie.
– Ce sont les apparences, tout ça. Du vent. Il nous manque l‘essentiel. Je suis une mauvaise mère. Mes trois enfants sont condamnés. Mon seul espoir est que l'un d'eux, l'un d'eux peut-être, échappe au sortilège.
Elle ferma les yeux. Il demanda encore :
– Qui l'a lancé, ce sortilège ?
– Vous. Moi. La terre entière. Personne n'est innocent
dans cette affaire. »





Toujours curieuse de découvrir le nouveau roman de Michel Bussi, je me suis lancée dans cette lecture avec plaisir.

François s'apprête à tromper sa femme, encore, et surtout avec une jeune qui pourrait être sa fille.
Le rendez-vous dans la chambre d'hôtel s'annonce croustillant, jusqu'au moment où François sent des menottes se refermer sur ses poignets, aussitôt suivi d'un liquide chaud qui s'en échappe...

Dès le début de ma lecture, j'ai compris que ça allait le faire entre nous, le rythme est très soutenu à ce moment-là.
Quand tout est en place, l'auteur commence à maltraiter personnages et lecteurs, c'est très plaisant comme impression.

Leily est ce qu'on appelle une mère courage, elle vit dans une cité et y élève seule ses trois enfants.
Entassés dans un deux-pièces, elle tente tant bien que mal de subvenir aux besoins de tous en faisant des ménages dans un hôtel.
Cette femme est touchante et aussi troublante, je me suis sentie envoûtée avec l'envie de percer son secret, mais surtout de la serrer dans mes bras.
Le lecteur sent qu'elle ne lui dit pas tout...

La venue des migrants en Europe est un sujet tellement dur, ce qu'ils endurent pendant la traversée est juste inhumain malgré l'argent versé aux passeurs.
On dit bien que l'argent pourrit tout, même avec un fond de misère ou d'amour, l'argent prime sur l'humanité, sur la vie.
C'est à pleurer tellement c'est cruel, sans parler de la condition des femmes et des enfants, violés, abusés, tellement vulnérables.

Ce que je retiens, c'est qu'on ne peut pas juger une personne rien qu'en la regardant, les blessures bien que dévastatrices ne sont pas visibles à l’œil nu.
Il se cache parfois des faits insoupçonnables...





Michel Bussi est professeur de géographie et directeur du laboratoire de modélisation et traitements graphiques en géographie de l'Université de Rouen.
Comme chercheur universitaire, il publie depuis une vingtaine d’années des articles et ouvrages scientifiques.
Son premier roman, "Code Lupin", s'est vendu à plus de 7 000 exemplaires et a ensuite été publié en feuilleton, pendant 30 jours lors de l'été 2010 par le quotidien "Paris Normandie". 
Son deuxième roman, "Omaha crimes", a obtenu le prix Sang d'encre de la ville de Vienne en 2007, le prix littéraire du premier roman policier de la ville de Lens 2008, le prix littéraire lycéen de la ville de Caen 2008, le prix Octave-Mirbeau de la ville de Trévières 2008 et le prix des lecteurs Ancres noires 2008 de la ville du Havre, devant les meilleurs auteurs de polar de l'année.
Il publie en 2008 son troisième roman, "Mourir sur Seine", qui s'est vendu en quelques semaines à plusieurs milliers d'exemplaires et a obtenu en 2008 le prix du Comité régional du livre de Basse-Normandie (prix Reine Mathilde). 
Il a publié en 2009 un nouveau roman, "Sang famille", destiné à la fois aux adultes et aux adolescents. 
En 2010, il participe au recueil de nouvelles "Les Couleurs de l'instant" publié dans le cadre du festival Normandie Impressionniste, avec une longue nouvelle, "T'en souviens-tu mon Anaïs?", qui se déroule à Veules-les-Roses et traite de la "légende" d'Anaïs Aubert.
Son roman "Nymphéas noirs" remporte notamment le prix des lecteurs du festival Polar de Cognac, le prix du polar méditerranéen (festival de Villeneuve-lez-Avignon), le prix Michel Lebrun de la 25e heure du Mans, le prix des lecteurs du festival Sang d'Encre de la ville de Vienne ("gouttes de Sang d'encre"), le Grand prix Gustave Flaubert de la Société des écrivains normands, devenant ainsi le roman policier français le plus primé en 2011.
Salué par Gérald Collard comme le polar de l'année, "Un avion sans elle" est récompensé par le prix Maison de la presse 2012, le prix du roman populaire 2012 et le prix du meilleur polar francophone 2012 (Montigny-les-Cormeilles). 
En mars 2013, sort "Ne lâche pas ma main". Ce roman est finaliste 2012 du prix Relay des voyageurs (roman du mois de Mai), finaliste du grand prix de littérature policière, a reçu le prix du roman insulaire 2013.
En janvier 2016, il est selon le classement GFK-Le Figaro, troisième écrivain français en nombre de livres vendus, derrière Guillaume Musso. 



vendredi 1 décembre 2017

Lilana (la princesse au gros pois) d'Anne-Sophie MATRAT et Mathilde LULL

Lilana (la princesse au gros pois)

Anne-Sophie MATRAT
et
Mathilde LULL






4ème de couverture : 
Lilana est belle à faire verdir Blanche-Neige de jalousie. Cependant, elle déteste la célébrité... Elle porte l'obligation de parader comme un gros pois vert au-dessus de sa tête. Parviendra-t-elle à se débarrasser de ce pois disgracieux au-dessus de ses cheveux ?




Louisa : 7 ans et demi : 
Déjà j'adore la première page parce Lilana est belle et comme toutes les illustrations d'ailleurs.
Elle ne va pas voir les gens dehors, elle aime pas que tout le monde la voit.
Et donc, elle a un gros pois vert sur la tête comme punition.

Je raconte pas plus, mais si on met pas de cœur à ce qu'on fait, c'est pas très très bien et ça ne marche pas.

Ce que j'ai préféré c'est quand Lilana a eu dix filles, dix filles ça va mais dix garçons non, les garçons ça met le bazard et ça crie.

J'ai beaucoup apprécié l'histoire.




Anne-Sophie a toujours aimé la littérature... toujours. Comme une passion qui n'aura jamais de fin. 
Devenue éditrice de livres pour enfants, elle a eu envie d'écrire des histoires, elle aussi...
Elle se glisse donc au milieu de son équipe d'illustrateurs et d'auteurs pour son plus grand plaisir.










Mathilde Lull : Petite, j'avais des étoiles dans les yeux en lisant des livres pour enfant. Plus grande, je décide donc d'inverser les rôles : je veux devenir créatrice d'étoiles.
Guidée par mon âme d'enfant, je gribouille dans mes carnets de petits univers colorés où les souris sont reines, en espérant embarquer vos petites bouilles à nos côtés !


lundi 27 novembre 2017

Le noël des blogueurs 2017








Et allez on remet ça ! C'est la quatrième année qu'on essaie de te gâter. Cette année, nous allons t'offrir le MOIS des blogueurs… Oui oui, tu as bien lu ! Je parle bien du MOIS. 
On ne s'arrêtera pas au 24, hors de question de se dire que les derniers jours de l'année ne seront pas aussi festifs que les autres. 
Donc, tous les jours de décembre, tu as la possibilité de gagner un lot.

Que dois-tu faire ? Rien de plus simple, être curieux et un brin débrouillard.
Je te donne RDV, à partir du 1er décembre, sur la page du C.L.U.B où tu retrouveras l'un de nous pour te confronter à notre casse-tête !!

Sauras-tu nous affronter ???


Mes petits camarades de jeu :